Anna et moi

Audrey D.

 

Cette histoire n'est pas drôle. Elle est arrivée à ma meilleure amie Anna. Elle a eu le CANCER.

Non, non ce n'est pas vrai

Anna est en pleine forme. Elle joue, cours et même des fois on rit comme de vraies folles. À l'école, elle est super bonne car elle adore l'école. La fin de semaine, on fait plein d'activités. On est toujours ensemble, c'est comme si on était des jumelles. On est voisine. On s'est connu à la maternelle.

Aujourd'hui, Anna n'est pas venue à l'école. Après l'école je suis allé chez elle et elle arrivait de l'hôpital. Elle me dit qu'elle avait le cancer. Je lui ai dit non c'est impossible mais elle m'a dit oui c'est vrai.

 

Non pas à l'hôpital

 

Anna ne voulait pas aller à l'hôpital. Elle ne voulait pas rester dans un lit d'hôpital toute la journée. Sa mère l'a prit par les jambes et son père par les bras et ils l'ont amené dans la voiture. Par la fenêtre, elle m'a saluée et moi, j'ai regardé ma meilleure amie partir.

Une semaine passe, pas de nouvelles de Anna. Le téléphone sonne. Je réponds. C'est Anna. Elle m'a dit qu'elle allait rester encore longtemps à l'hôpital et qu'elle va partir dans deux jours pour l'hôpital Ste-Justine. J'ai demandé à ma mère si on pouvait aller la voir avant qu'elle soit à Ste-Justine. Elle m'a répondu oui, on ira demain vers 15h00.

 

Pourquoi elle?

 

À 15h00 nous sommes arrivés à l'hôpital. Nous avons demandé à une infirmière où était sa chambre et elle a dit que c'était la chambre 210. Nous sommes montés à l'étage. Nous sommes entrés dans la chambre. Elle dormait et avait le teint pâle. Aussi elle avait l'air très malade. Elle s'est réveillée et m'a vue. Un sourire paru à son visage pâle. Ma mère nous a laissé. Je lui ai demandé si ça allait bien. Elle m'a répondu : "Pas si pire, demain je pars pour Ste-Justine. Je lui ai demandé qu'elle m'appelle quand elle sera rendue.

 

Sa vie un vrai cauchemar

 

Le téléphone sonne, je réponds. C'est Anna. Sa voix est rude, je ne l'avais pas reconnu. Elle m'a dit qu'elle allait se faire opérer dans cinq minutes et que si ça ne marchait pas elle pourrait mourir. J'ai dit ça va marcher, je suis sûre que tu ne vas pas mourir. Sa mère lui a dit de laisser le téléphone car elle devait se rendre en salle d'opération. Toute la journée je suis resté chez moi à ne rien faire, seulement à penser à Anna et à réfléchir. C'est lundi, je vais à l'école. Tout le monde me demande comment va Anna mais je ne dis rien à personne. En revenant de l'école ma mère m'a dit qu'elle avait appelé. Ma mère m'a donné le numéro de sa chambre et je l'ai rappelé. Elle m'a dit que l'opération avait réussie. Un médecin entre dans sa chambre. Elle me dit d'attendre une seconde. Le médecin lui a dit que l'opération n'avait pas réussi et qu'il ne pouvait plus rien faire. Elle m'a dit cela. Je lui ai dit que j'allais la voir bientôt.

 

Combien de temps lui reste-t-il à vivre?

 

La route est longue pour aller à Ste-Justine. Je regarde les arbres défiler, je pense à Anna. Ils nous restent encore quinze minutes pour y arriver. J'ai très hate de revoir Anna. Ça fait longtemps que je l'ai vue. On est rendu. Sa mère est là. Quand Anna m'a vu, elle m'a parlé mais avec beaucoup de difficultés. Je suis resté une heure avec elle et après on est parti dormir chez ma grand-mère qui habite à Montréal. Le soir, j'ai reçu un téléphone de l'hôpital pour dire que Anna était morte. Elle venait juste de mourir.

 

Sa vie est finie.

 

Quand j'ai su cela, je me suis mise à pleurer. Je n'ai presque pas dormi de la nuit. Le lendemain, nous sommes rentrés chez nous et on aurait dit que ma vie venait de s'arrêter. Sa mère est venue nous voir pour nous dire que l'enterrement était lundi prochain. Ma mère a dit qu'on serait là et que je n'irais pas à l'école ce jour-là.

 

L'enterrement

 

Nous sommes rendus à l'église. Je me suis retenu pour ne pas pleurer mais je n'étais pas capable. Je l'ai vu dans son cercueil. Pourquoi mourir si jeune…Mais c'est la vie…