La joie blessée
Poésie,
Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1992, 66 p.

Choix de poèmes :

Mourir dehors

Comme j'aimerais mourir dehors
au grand vent qui reprend mon souffle

Mourir frais sous l'arbre
en vrai sagittaire
m'envoler avec l'outarde
vers ces grands espaces
que mon coeur a tant rêvé

Mourir en plein air
participant au chant du monde
et dire simplement
après tant de saisons
me voici

La joie blessée, p. 25


L'innommable

En écrivant toi
je pense à toi

Je t'aime par ces mots que j'écris de toi
qui te rendent présent

Est-ce si simple

Oui justement

Je te veux alors je te nomme
toi l'innommable

A défaut de te voir
je te touche par ces mots

Je prie un crayon à la main
agenouillé sur la page
dans la blancheur à perte d'âme
surpris soudain de tant de présence

Est-ce toi

Oui
puisque je l'écris

La joie blessée, p. 52


Attendre un ange

Je sais qu'il vient sans s'annoncer
dans les eaux les plus claires en moi
où des vagues remontent au coeur
je sais qu'il n'est pas seul ce soir
à roder pour l'oeil en éveil
qui sait voir ce que l'on ne voit pas

J'attends un ange sur le pont
dans le brouillard jusqu'au matin

Vous le verrez passer peut-être
sur les ailes blanches du vent
dans les ténèbres de la nuit
ce sera une ombre ou un souffle
calme sur le duvet de l'âme
quand la solitude nous hante

Pourquoi serez-vous pris de peur
quand par milliers ils tomberont
entre les bras du crépuscule
pourquoi prendrez-vous vos fusils
pour chasser ces beaux messagers
de poésie et de musique

J'attends un ange sur la place
balayée par tant de chagrin

Viendra la brume après l'orage
ces cheveux d'ange et de silence
pour tous ses visages en exil
viendront les automnes déserts
et beaucoup de blanc sur la page
avant que ne reviennent les anges

La joie blessée, p. 60-61.

Notice biographique de Jacques Gauthier
Oeuvres de Jacques Gauthier
Références sur Jacques Gauthier