En bas!

YING CHEN (1961- ....)

Notice biographique:

Née à Shangai en 1961, Ying Chen y poursuit ses études universitaires jusqu'à l'obtention de sa licence en lettres françaises. Outre le dialecte de sa région et le mandarin, elle a appris le russe, l'italien, l'anglais et le français. En 1989, elle vient étudier au département de langue française de l'Université McGill. Aujourd'hui, elle habite Magog, elle est mère de deux enfants.
Puis pour tromper la nostalgie de sa Chine natale, elle se met à l'écriture jusqu'à y consacrer douze heures par jour. Lorsqu'elle commence ses journées, elle se laisse bercer par la musicalité des textes de Marcel Proust qu'elle lit à haute voix. Son premier roman La mémoire de l'eau relate l'histoire de la Chine contemporaine à travers les yeux de femmes de plusieurs générations. Son second Lettres chinoises a pour sujet la correspondance d'un jeune immigrant à sa fiancée restée en Chine, et témoigne du choc des cultures, du déracinement et de l'impossibilité de l'amour. Son roman L'ingratitude lui vaut le prix Québec-Paris décerné en février 1996 ainsi que le prix des lectrices de la revue Elle-Québec. Son tout dernier roman Immobile est à saveur d'un conte de fées. Le temps est le principal sujet de ce roman et il porte sur la mémoire.
Selon Élizabeth Benoit du journal La Presse : << Cette romancière est une ensorceleuse. >>

Retour à la page d'accueil
Oeuvres de Ying Chen
Références sur l'auteure

Recherche: Hélène Dufour, Centre saint-Michel, Sherbrooke, QC


CyberScol

Info

Mis à jour le 4 février 1999
Claire Fafard
©CyberScol