BLANCHE ET FRANÇOIS

Récit publié aux éditions Sherbrooke, 1980

Critique:

«Bien attachant est le livre de Diane Boudreau, Blanche et François. Ici, rien n'est trop fortement appuyé. La parole est simple, discrète, mesurée.»
Madeleine Ouellette-Michalska, "Quêtes d'identité", Le Devoir, 2 août 1980.

«Rien que 100 pages, d'une simplicité presque banale, mais où saillent des cris du coeur comme des coups du corps contre tous les murs de tous les enfermements. Une monocrodie durassienne trouée d'éclairs nietzschéens qui foudroient...»
Patrick Straram, Le livre d'ici, 24 sept. 1980.

«Cette écriture paraît un cri isolé, jailli de la solitude, prêt à toutes les bravades afin de tromper l'ennui de vivre.»
Michel Laurin, Nos livres, vol. 11, no 373, décembre 1980.

Extrait:

«Je me souviens du fond de mon âme des chants incandescents de mes ancêtres; je scande inconsciemment avec eux ces mots que je ne comprends pas mais que je sens palpiter sous ma peau. Involontairement, mes yeux s'allument et éclairent des sentiers inconnus mais familiers. Il me semble appartenir à cette race de sauvages, mais la blancheur de mon visage me fait rougir; je sais aussi que l'autre moitié de mon sang parle une langue pleine de sons riches, pleine de français. Ambivalence et ambiguïté sont mes alliées puisque par "croisement", je suis Québécoise.»

page 19

Oeuvres de Diane Boudreau
Retour à la notice biographique de Diane Boudreau